Deutschland

Schweiz

Österreich

English

Français

Norge

Español

Belge

Svenska

Russia

Polsce

© 2008   Contact  Impressum  AGB  Jobs  Sitemap 

Dommages liés à l’éthanol: rumeurs et vérités

Qui n’a pas lu ou entendu que l’éthanol rongeait de nombreux composants dans une voiture non adaptée à cet usage. Face à ce genre de propos, on peut raisonnablement s’interroger sur les risques de faire fonctionner un véhicule essence au Bioéthanol.

Alors qu’en est-il vraiment ?

Regardons tout d’abord la pompe à essence photographiée ci-dessous. Bien entendu, la concession de la marque a accusé le Bioéthanol… mais elle ne s’est même pas donnée la peine de démonter la pompe pour vérifier. C’est donc ce que nous avons fait.

Sur la photo 1, on commence par constater qu’en moins de 68.000km, ce client avait non seulement rempli son réservoir de carburant… mais aussi de sable qui a eut pour rôle d’user les pièces mobiles. Par contre, aucune trace de dommages ou oxydation liés à l’alcool.

Sur la photo 2, on constate une chose importante : Le rotor du moteur est usé et rayé, avec pour conséquence une rotation du moteur difficile et ainsi un rendement atténué de la pompe et donc une baisse de la pression d’essence.

Bref, l’inspection de cette pompe montre que ce soit à l’essence ou au superéthanol, cette pompe aurait eut les mêmes dysfonctionnements. Elle est simplement « morte de vieillesse ».

 

Et voici une deuxième pompe à essence provenant d’une Golf III de 119716km. Ces photos proviennent d’un chef d’atelier d’une concession VAG qui a décidé de démonter la pompe pour constater de ses propres yeux. On constate là aussi qu’il n’y a rien de rongé par l’éthanol.

 

Là encore, c’est palier et rotor qui sont fortement endommagés. Les récits catastrophes décrivant des pièces métalliques rongées par l’éthanol sont une fois de plus sans fondement et principalement colportés via Internet par divers Mr. « Je sais tout » n’ayant souvent aucune connaissance de ce qu’est réellement l’éthanol.

On entend souvent dire que l’éthanol ronge l’aluminium. Vous voyez ci-dessous l’intérieur d’un réservoir de carburant en aluminium rempli de E85. Les pièces de monnaie sont recouvertes de 70cm de Bioéthanol montrant aussi la propreté de ce carburant. Ce réservoir est monté dans un véhicule ayant parcouru environ 90.000km depuis qu’il fonctionne à l’E85.

 

 

Nous avons là un véhicule dont les performances diminuaient de plus en plus au fil des kilomètres d’autoroute, jusqu’à ne pratiquement plus fonctionner. Le démontage du circuit d’alimentation a montré une pate brune sur la pompe à essence. Une analyse de cette pate montrera qu’il s’agit de rouille. C’était en fait la rouille d’une cuve d’essence d’une station service qui fut déversée dans son réservoir lors d’un plein d’essence.

Le colmatage du filtre ci dessous explique là aussi bien la baisse de pression d’essence avec pour conséquence baisse de puissance, démarrages difficiles, augmentation de la consommation et vitesse maximum considérablement réduite, que ce soit à l’essence ou au Bioéthanol.

Vous avez ci-dessous une pompe à essence de VW Passat VR6 totalisant environ 130.000km, dont environ 50.000 à l’éthanol pur (E100).  Là encore, c’est le rotor du moteur qui est usé. Que la pompe tombe en panne est compréhensible avec des véhicules fortement kilométrés, mais ce qui agace le plus est qu’il n’est souvent plus possible d’acheter la pompe seule, mais qu’il faille acheter la pompe avec tous les accessoires autour (jauge, durites, préfiltre,…), ce qui fait grimper son coût de façon exorbitante (287,00 E dans ce cas).